News – 25-8 – La crise liée au coronavirus favorise l'utilisation de la technologie dans le secteur des soins de santé

Make happy users

La crise liée au coronavirus favorise l'utilisation de la technologie dans le secteur des soins de santé

Publié initialement dans Bouwen aan de Zorg NR 05 2020 | Texte : Koen Mortelmans | Image : Koen Mortelmans, 25-8 & Joke Couvreur 

 

Dans le secteur des soins de santé, on constate depuis un certain temps une évolution vers une plus grande utilisation des outils technologiques. Cela s’explique non seulement par le fait qu’ils améliorent le confort et l’efficacité des centres de soins, mais également, car il devient de plus en plus difficile de trouver des travailleurs qui souhaitent s’engager sur le long terme dans le secteur des soins de santé, et plus particulièrement dans les maisons de repos. Bouwen aan de Zorg a discuté de cette thématique avec Filip Gelaude, fondateur du Telecom-IT Group (Aalter), Tom Messiaen, managing partner de 25-8 et Dominique Roodhoofd, une consultante expérimentée dans les soins de santé.

L’expérience de Mme Roodhooft ne se limite pas à celle d’une consultante indépendante. Elle a également dirigé Zorg-saam, un groupe de quinze maisons de repos et enseigné l’entrepreneuriat à la haute école Artevelde de Gand. 25-8 fait partie du Telecom-IT Group et joue un rôle d’intégrateur. Sa mission est de mettre en place les solutions imaginées pour le secteur des soins de santé par son entreprise sœur, Unmatched. À l’heure actuelle, 25-8 travaille avec plus de trente hôpitaux et presque 450 maisons de repos.

AdobeStock_331779044.jpg

CONFINEMENT

« La crise liée au coronavirus et le long confinement des maisons de repos flamandes qui l’a suivi ont mis en évidence le fait que les technologies et plus particulièrement les technologies de communication ne sont pas un luxe inutile dans ce milieu », affirme Messiaen. « Les patients plus âgés ont été privés des visites de leur famille durant des mois et les mesures imposées limitent fortement les possibilités de visite. Augmenter les contacts téléphoniques ne représente qu’une maigre compensation. De plus, de nombreux patients n’ont pas de smartphone ou ne savent pas s’en servir. Téléphoner à l’aide du smartphone d’un membre du personnel avec son aide demande beaucoup de temps à cette personne et le petit écran offre une solution peu confortable pour la plupart des résidents. »

 

Lorsque la pandémie a éclaté, 25-8 a créé LynX hello, qui rend possible la vidéotéléphonie à travers l’écran de télévision des patients. Ces derniers disposent d’un bracelet équipé d’un seul bouton, qui permet d’accepter un appel entrant. Ils peuvent également régler le volume sonore grâce à la télécommande de leur télévision. LynX hello est l’évolution du système actuel LynX, une plateforme d’alarme et de communication destinée au secteur des soins de santé.

SIMPLICITÉ

« La technologie peut ainsi éliminer certaines des limitations imposées par le confinement », ajoute Roodhooft. « Ces limitations ne sont pas seulement physiques, elles influencent également l’état émotionnel des personnes concernées. » Elle insiste également sur la simplicité d’utilisation. « Le nombre de résidents de maisons de repos qui emménagent avec un ordinateur propre et qui n’éprouvent pas de difficulté à se servir des technologies modernes augmente, mais il restera toujours un groupe qui a besoin d’aide. Le système à un seul bouton permet de limiter l’assistance nécessaire et la fournir depuis l’extérieur de la chambre. La maison de repos reste au contrôle du système, afin de pouvoir éviter qu’un appel vidéo ait lieu durant la toilette du résident, par exemple ».

DOUBLE EMPLOI

« La technologie sert ainsi un double objectif. Elle allège la charge de travail du prestataire de soins et combat l’isolement », déclare Gelaude. « Ce problème prend des proportions de plus en plus importantes en raison du confinement, mais également du fait que les familles nucléaires deviennent de plus en plus petites. »

 

ABORDABLE
« La technologie doit absolument rester abordable », déclare Messiaen. « C’est pourquoi nous conseillons de regrouper le plus d’applications possible en un seul package pour les groupes qui disposent d’une situation économique suffisante. En plus de l’alarme et de la communication, le système peut servir à contrôler l’éclairage. Un système de tags sur les personnes et les équipements mobiles, combinés à des capteurs — Bluetooth Low Energy beacons — placés dans le système d’éclairage permet de reconnaître les errances et de retrouver rapidement un résident non dément lorsque son médecin traitant vient le voir, par exemple. »

©JokeCouvreur3.jpg

Un système d’éclairage composé d’éléments pilotables individuellement permet d’indiquer le chemin à suivre en cas d’évacuation (ou dans d’autres circonstances), mais également de créer des ambiances à l’aide de couleurs. La couleur de l’éclairage au-dessus de la porte de la chambre peut également indiquer si le résident reçoit des soins, dort, ou ne souhaite pas être dérangé pour d’autres raisons. 

 

« Aujourd’hui, il est également important de faciliter aux personnes âgées le fait de rester dans leur propre maison le plus longtemps possible », souligne Gelaude. « C’est pourquoi la technologie relative aux soins de santé ne doit pas se limiter aux hôpitaux et aux maisons de repos, mais inclure les soins à domicile. Les habitations doivent être équipées de manière à apporter une aide. La technologie actuelle permet de créer des capteurs capables de déterminer si un patient atteint de diabète de type 1 a besoin d’insuline ou de sucre. Les maladies cardiovasculaires peuvent également être suivies à distance, de manière à pouvoir intervenir à temps le cas échéant. »

 

BÉNÉVOLES

« Le confinement a été une véritable rupture », souligne Roodhooft. « Auparavant, de nombreux bénévoles venaient donner leur aide, mais ils se sont soudainement retrouvés exclus des maisons de repos. Durant le confinement, ils ont trouvé d’autres occupations et certains d’entre eux ne reviendront plus. Tout comme c’est le cas pour le personnel professionnel, le secteur est en sous-effectif. En dehors des maisons de repos, le défi sera d’associer les nouvelles technologies aux bénévoles du quartier », ajoute Gelaude. « Créer des périmètres de soins entre 6 et 12 km autour des maisons de repos peut jouer un rôle important dans ce cadre. » En raison du vieillissement de la population, les pensionnés seront bientôt plus nombreux que les membres actifs de la société, selon Messiaen. « Cela aura pour effet d’appauvrir l’Europe et les séniors actifs voudront et devront trouver un revenu complémentaire. » « Dans ce monde en constante numérisation, nous devons repenser le rôle de la technologie, mais également des autres acteurs. L’évolution démographique rendra cela nécessaire », conclut Roodhooft.

 

 

VOUS SOUHAITEZ BÉNÉFICIER DE NOS TECHNOLOGIES INTELLIGENTES ? 

Nous serons ravis de venir vous voir, afin de déterminer quels sont vos besoins. Si nos technologies peuvent y apporter une réponse, nous organiserons une démonstration dans nos locaux afin de tout vous expliquer. Une fois convaincus, vous recevrez rapidement une offre adaptée à votre projet.

Dans le secteur des soins de santé, on constate depuis un certain temps une évolution vers une plus grande utilisation des outils technologiques.

Partager ce message:

LinkedInGreen.png
LinkedInBlue.png

La crise liée au coronavirus favorise l'utilisation de la technologie dans le secteur des soins de santé

Publié initialement dans Bouwen aan de Zorg NR 05 2020 | Texte : Koen Mortelmans | Image : Koen Mortelmans, 25-8 & Joke Couvreur 

 

Dans le secteur des soins de santé, on constate depuis un certain temps une évolution vers une plus grande utilisation des outils technologiques. Cela s’explique non seulement par le fait qu’ils améliorent le confort et l’efficacité des centres de soins, mais également, car il devient de plus en plus difficile de trouver des travailleurs qui souhaitent s’engager sur le long terme dans le secteur des soins de santé, et plus particulièrement dans les maisons de repos. Bouwen aan de Zorg a discuté de cette thématique avec Filip Gelaude, fondateur du Telecom-IT Group (Aalter), Tom Messiaen, managing partner de 25-8 et Dominique Roodhoofd, une consultante expérimentée dans les soins de santé.

L’expérience de Mme Roodhooft ne se limite pas à celle d’une consultante indépendante. Elle a également dirigé Zorg-saam, un groupe de quinze maisons de repos et enseigné l’entrepreneuriat à la haute école Artevelde de Gand. 25-8 fait partie du Telecom-IT Group et joue un rôle d’intégrateur. Sa mission est de mettre en place les solutions imaginées pour le secteur des soins de santé par son entreprise sœur, Unmatched. À l’heure actuelle, 25-8 travaille avec plus de trente hôpitaux et presque 450 maisons de repos.

CONFINEMENT

« La crise liée au coronavirus et le long confinement des maisons de repos flamandes qui l’a suivi ont mis en évidence le fait que les technologies et plus particulièrement les technologies de communication ne sont pas un luxe inutile dans ce milieu », affirme Messiaen. « Les patients plus âgés ont été privés des visites de leur famille durant des mois et les mesures imposées limitent fortement les possibilités de visite. Augmenter les contacts téléphoniques ne représente qu’une maigre compensation. De plus, de nombreux patients n’ont pas de smartphone ou ne savent pas s’en servir. Téléphoner à l’aide du smartphone d’un membre du personnel avec son aide demande beaucoup de temps à cette personne et le petit écran offre une solution peu confortable pour la plupart des résidents. »

 

Lorsque la pandémie a éclaté, 25-8 a créé LynX hello, qui rend possible la vidéotéléphonie à travers l’écran de télévision des patients. Ces derniers disposent d’un bracelet équipé d’un seul bouton, qui permet d’accepter un appel entrant. Ils peuvent également régler le volume sonore grâce à la télécommande de leur télévision. LynX hello est l’évolution du système actuel LynX, une plateforme d’alarme et de communication destinée au secteur des soins de santé.

AdobeStock_331779044.jpg

SIMPLICITÉ

« La technologie peut ainsi éliminer certaines des limitations imposées par le confinement », ajoute Roodhooft. « Ces limitations ne sont pas seulement physiques, elles influencent également l’état émotionnel des personnes concernées. » Elle insiste également sur la simplicité d’utilisation. « Le nombre de résidents de maisons de repos qui emménagent avec un ordinateur propre et qui n’éprouvent pas de difficulté à se servir des technologies modernes augmente, mais il restera toujours un groupe qui a besoin d’aide. Le système à un seul bouton permet de limiter l’assistance nécessaire et la fournir depuis l’extérieur de la chambre. La maison de repos reste au contrôle du système, afin de pouvoir éviter qu’un appel vidéo ait lieu durant la toilette du résident, par exemple ».

DOUBLE EMPLOI

« La technologie sert ainsi un double objectif. Elle allège la charge de travail du prestataire de soins et combat l’isolement », déclare Gelaude. « Ce problème prend des proportions de plus en plus importantes en raison du confinement, mais également du fait que les familles nucléaires deviennent de plus en plus petites. »

 

ABORDABLE
« La technologie doit absolument rester abordable », déclare Messiaen. « C’est pourquoi nous conseillons de regrouper le plus d’applications possible en un seul package pour les groupes qui disposent d’une situation économique suffisante. En plus de l’alarme et de la communication, le système peut servir à contrôler l’éclairage. Un système de tags sur les personnes et les équipements mobiles, combinés à des capteurs — Bluetooth Low Energy beacons — placés dans le système d’éclairage permet de reconnaître les errances et de retrouver rapidement un résident non dément lorsque son médecin traitant vient le voir, par exemple. »

©JokeCouvreur3.jpg

Un système d’éclairage composé d’éléments pilotables individuellement permet d’indiquer le chemin à suivre en cas d’évacuation (ou dans d’autres circonstances), mais également de créer des ambiances à l’aide de couleurs. La couleur de l’éclairage au-dessus de la porte de la chambre peut également indiquer si le résident reçoit des soins, dort, ou ne souhaite pas être dérangé pour d’autres raisons. 

 

« Aujourd’hui, il est également important de faciliter aux personnes âgées le fait de rester dans leur propre maison le plus longtemps possible », souligne Gelaude. « C’est pourquoi la technologie relative aux soins de santé ne doit pas se limiter aux hôpitaux et aux maisons de repos, mais inclure les soins à domicile. Les habitations doivent être équipées de manière à apporter une aide. La technologie actuelle permet de créer des capteurs capables de déterminer si un patient atteint de diabète de type 1 a besoin d’insuline ou de sucre. Les maladies cardiovasculaires peuvent également être suivies à distance, de manière à pouvoir intervenir à temps le cas échéant. »

 

BÉNÉVOLES

« Le confinement a été une véritable rupture », souligne Roodhooft. « Auparavant, de nombreux bénévoles venaient donner leur aide, mais ils se sont soudainement retrouvés exclus des maisons de repos. Durant le confinement, ils ont trouvé d’autres occupations et certains d’entre eux ne reviendront plus. Tout comme c’est le cas pour le personnel professionnel, le secteur est en sous-effectif. En dehors des maisons de repos, le défi sera d’associer les nouvelles technologies aux bénévoles du quartier », ajoute Gelaude. « Créer des périmètres de soins entre 6 et 12 km autour des maisons de repos peut jouer un rôle important dans ce cadre. » En raison du vieillissement de la population, les pensionnés seront bientôt plus nombreux que les membres actifs de la société, selon Messiaen. « Cela aura pour effet d’appauvrir l’Europe et les séniors actifs voudront et devront trouver un revenu complémentaire. » « Dans ce monde en constante numérisation, nous devons repenser le rôle de la technologie, mais également des autres acteurs. L’évolution démographique rendra cela nécessaire », conclut Roodhooft.

 

 

VOUS SOUHAITEZ BÉNÉFICIER DE NOS TECHNOLOGIES INTELLIGENTES ? 

Nous serons ravis de venir vous voir, afin de déterminer quels sont vos besoins. Si nos technologies peuvent y apporter une réponse, nous organiserons une démonstration dans nos locaux afin de tout vous expliquer. Une fois convaincus, vous recevrez rapidement une offre adaptée à votre projet.

Dans le secteur des soins de santé, on constate depuis un certain temps une évolution vers une plus grande utilisation des outils technologiques.

Partager ce message:

LinkedInGreen.png
LinkedInBlue.png